Actualités

Fourniture d’électricité durant la période de pointe 2022

La centrale thermique Bobo II rassure...

A la faveur d’une « visite programmée » effectuée le 6 avril dernier, l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE) a pu noter que la Centrale thermique Bobo II tenue par la Société Nationale Burkinabè d’Electricité (SONABEL) a pris les dispositions nécessaires pour jouer pleinement sa partition dans la fourniture d’électricité durant la période de forte consommation. Telle est du moins, la conclusion qui se dégage à l’issue d’entretiens suivi de visite guidée avec les premiers responsables de ladite centrale.

M. TUINA G. Macaire (de dos en blanc), et M. TASSEMBEDO Brice (de dos en bleu) respectivement Chef de Service Production thermique et Chef de Division mécanique de la centrale Bobo II, en concertation avec l’équipe de l’ARSE avant la visite des installations techniques

Il était à peine 9h ce 6 avril 2022 lorsque l’équipe de mission de l’ARSE arrivait sur le site de la centrale thermique Bobo II avec à sa tête M. Arnaud Ouédraogo, Chef de Service Transport et Distribution au sein de l’ARSE ; elle a été reçue par M. Macaire G. Tuina, Chef de Service Production thermique Bobo. S’ouvrait ainsi une séance d’entretien qui a duré un peu plus d’une heure.

A l’entame de cet entretien, l’objectif de la mission de l’ARSE a été présenté à l’attention de M. Tuina assisté de M. Brice Tassembédo, Chef de Division Maintenance mécanique de la centrale. Dans le sens de contribuer à l’atteinte de cet objectif, M. Tuina a indiqué que la centrale qu’il dirige est animée par neuf groupes électrogènes dont le premier (G1) a été installé en 1987, le deuxième (G2) en 1988, les troisième (G3) et quatrième (G4) en 1993, le cinquième (G5) en 1998, les sixième (G6), septième (G7), huitième (G8) et neuvième (G9) en 2015. Le fonctionnement optimum simultané de ces groupes permet de fournir 75 MW. Mais depuis l’intervention de l’interconnexion avec la Côte-d’Ivoire en 2001, cette centrale n’est soumise au fonctionnement qu’en cas de besoin. Sa production n’est donc plus permanente, quoiqu’elle n’ait aucun problème d’outillage, ni de personnel, encore moins d’approvisionnement en hydrocarbures.

Une centrale en état d’alerte maximale

C’est une centrale dont l’apport n’intervient qu’à la demande du dispatching depuis Ouagadougou ; et ce, par suite d’insuffisance des productions cumulées des interconnexions (avec le Ghana et la Côte-d’Ivoire), des centrales hydroélectriques et des centrales thermiques de Ouagadougou à pouvoir desservir la zone Ouest du Burkina en électricité. C’est du moins, ce qu’a confié M. Tuina pour qui cette situation rend improbable le respect des planifications établies au niveau de la centrale. Néanmoins, c’est une centrale qui reste en situation d’alerte maximale durant la période de pointe (mars-avril-mai).

Cette année du reste, M. Tuina et ses collaborateurs ont effectué des travaux de nettoyage, d’entretien, d’inspection, et de tests de sécurité mécanique sur les groupes, excepté le G8 « actuellement en entretien correctif ». Mais il y a quelques jours (7 mars dernier), le G2 a affiché une avarie et dont les procédures de résorption sont engagées. Pour cela, et à en croire M. Tuina, un processus de marché public est dans le circuit de la Direction générale du contrôle des marchés publics et des engagements financiers de l’Etat. A terme, ce processus devrait permettre, dans deux ou trois mois, de réintroduire le G2 dans le circuit de production de la centrale.

Tous les compartiments de la centrale visités

Avec toutes ces informations notées lors de l’entretien qui a pris fin par la remise à M. Tuina d’un exemplaire du Bulletin d’information de l’ARSE et d’un exemplaire du journal Le Régulateur de l’Energie, l’équipe de l’ARSE a ensuite eu droit, durant plus d’une heure, à une visite guidée. Elle a ainsi eu accès aux locaux des neuf groupes, à la salle de commande, à la salle des machines, à la salle de sécurité incendie, au dispositif d’approvisionnement en eau, au local de traitement des combustibles, aux cuves de stockage d’hydrocarbures, à la salle d’incinération des déchets, au laboratoire d’analyse des eaux et hydrocarbures, et au poste 33/15 KV.

Une photo marquant la fin de la visite des installations techniques. L’équipe de l’ARSE conduite par le Chef de Service Transport et Distribution, M. Arnaud P. OUEDRAOGO (3ème à partir de la gauche) et les membres de sa délégation avec les responsables de la centrale Bobo II

Avant de prendre congé de M. Tuina entouré de ses plus proches collaborateurs, le Chef de l’équipe de l’ARSE a tenu à exprimer des mots de félicitation pour les efforts quotidiennement consentis, et d’encouragement à toujours mieux faire, mais aussi le souhait de son institution de savoir les consommateurs de la zone Ouest du Burkina desservis permanemment en électricité durant la période de pointe 2022.

Fulbert PARE

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
Partenaires