Actualités

ENERGIE SOLAIRE AU BURKINA

Une centrale photovoltaïque en construction à Pâ

Dans la commune rurale de Pâ (relevant de la province des Balé dans la région de la Boucle du Mouhoun), un projet de centrale photovoltaïque est en développement à la faveur d’une licence de production accordée par l’Etat burkinabè au groupe Urbasolar. Sur le site de ce projet, l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE) a effectué une mission de contrôle le 4 avril 2022. Avec à sa tête M. Arnaud OUEDRAOGO, Chef de Service Transport et Distribution, elle y a fait des constats et échangé avec les responsables dudit projet. Elle a pu également mesurer le niveau d’exécution du projet et noter quelques difficultés qu’a connues son démarrage. De plus, elle a pu prendre connaissance du calendrier au terme duquel cette centrale devrait injecter, à partir de janvier 2023, environ 30 MWc dans le Réseau national interconnecté (RNI) d’électricité au Burkina Faso.

M. Emmanuel KABORE, Directeur Afrique de Urbasolar (en bout de table à gauche), accompagné de son équipe (en face) et de l’équipe de l’ARSE (de dos) lors des concertations avant la visite du site de la centrale solaire de Pâ

La délégation a été accueillie sur le site par M. Emmanuel KABORE, Directeur Afrique de l’Ouest du groupe Urbasolar. A la suite de salutations d’usage, de la présentation sommaire de l’ARSE à l’attention de M. KABORE et ses collaborateurs ponctuée par la remise du bulletin d’information et du journal « Le Régulateur de l’Energie », une visite guidée a permis de voir des caisses de panneaux solaires stockées, mais aussi un terrain aménagé. Aux dires de M. KABORE, ce terrain est de 35 ha. Il devra abriter 67 368 panneaux solaires "de dernière génération", et bien d’autres dispositifs nécessaires à l’opérationnalité de la Centrale.

Mais le 4 avril dernier, ne s’y trouvaient que les premières livraisons de caisses de panneaux solaires bifaces. Le creusage des trous dans lesquels devront être fixés lesdits panneaux avait aussi commencé, avec seulement une centaines de trous prêts. Toutefois, la cadence devrait passer à une vitesse supérieure les jours à venir, de sorte que tous les supports des panneaux soient fixés au sol avant l’installation de la saison hivernale. C’est du moins, l’assurance donnée par Emmanuel KABORE et ses collaborateurs qui déplorent les lenteurs subies lors des phases de contractualisation et de mobilisation des ressources financières nécessaires qui s’élèvent à 25 millions d’euros soient plus de 16 milliards de FCFA.

Ces phases franchies, la construction de la centrale se déroule, selon ses premiers responsables, dans un climat de bonne collaboration grâce à un Plan d’engagement des parties prenantes avec les populations environnantes qui, en plus de bénéficier d’une borne fontaine de la part du projet, se trouvent impliquées dans l’exécution des travaux sur le site. Mieux, confie M. KABORE, le projet entend, en particulier, impacter positivement la vie des personnes vulnérables dans la commune de Pâ, mais aussi assurer un transfert de compétences local aux entreprises et particuliers.

L’équipe de Urbasolar (en jaune), accompagnée de l’équipe de l’ARSE (en orange) lors de la visite du site où sera implanté la centrale solaire 30 MWc de Pâ

Mais l’équipe de l’ARSE a tenu à exhorter les responsables du projet à davantage s’investir dans le sens du respect rigoureux du « local content ». Elle a également invité M. KABORE et ses collaborateurs à veiller à la prise en compte du genre au sein des personnels du projet. De plus, les responsables du projet ont été invités à être assez attentifs sur le chantier, particulièrement durant cette phase de construction, de sorte à pouvoir mettre au point un ouvrage de qualité qui puisse effectivement injecter dans le RNI les 30 MWc attendus.

Tout en donnant l’assurance sur ces points d’interpellation, Emmanuel KABORE a annoncé que la fin de la phase de construction de la centrale interviendra en décembre prochain, et que sa mise en service commercial pourra commencer en janvier 2023. De plus, M. KABORE a annoncé la possibilité d’extension de la centrale dans une phase II pour la production de 50 MWc. Ce, d’autant plus que le site du projet (terrain acquis sur la base d’un titre foncier) est de 87 ha. Il confie également nourrir l’espoir d’assurer le stockage de la production de la centrale, si la SONABEL (Société nationale burkinabé d’électricité) ou le ministère en charge de l’énergie venaient à en exprimer le besoin.

Fulbert PARE

 
 Voir les autres articles dans : Actualités
Partenaires